Hamit Bozarslan: Révolution et état de violence

1.jpg

Les contestations révolutionnaires de 2011 ont, pour un temps, changé les termes du débat dans la «rue arabe» mais aussi le regard que le reste du monde portait sur les sociétés moyen-orientales. L’héritage de la domination ottomane, le colonialisme et le post-colonialisme, l’autoritarisme, l’islamisme, la question palestinienne… semblaient, durant cette courte période, cesser de fournir les clefs d’intelligibilité du monde arabe. Tout convergeait, enfin, pour laisser supposer que le djihadisme des années 1980-2000 cédait place à une communion universelle entre ce monde et l’Occident. Pourquoi les promesses de 2011 ont-elles finalement été suivies d’un état de violence et d’effondrement social dans de nombreuses sociétés ? Comment ces révolutions ont-elles fait bouger les lignes de force structurant le monde arabe ? Quelles étaient les différences structurelles et conjoncturelles entre la Tunisie et l’Egypte d’une part, les autres sociétés arabes de l’autre ? Quelles sont les conditions permettant à une crise révolutionnaire de devenir un moment de vérité aussi bien pour les pouvoirs que pour les sociétés ? C’est à ces questions que répond Hamit Bozarslan, dans un essai aussi limpide que nécessaire.

Quelle: https://www.amazon.fr/R%C3%A9volution-%C3%A9tat-violence-Moyen-Orient-2011-2015/dp/2271082064

Advertisements

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s