MK, Récit d’un déporté arménien : Dix années d’errance parmi les Kurdes et les Syriaques

mk.jpg

«J’aurais dû mourir à l’âge de neuf ans. Cette vie, je ne la dois qu’à la grâce de Dieu.»

Sud de la Turquie. 1915. Il a neuf ans. Déporté comme des centaines de milliers d’Arméniens, il perd son père, sa mère, une partie de son entourage. Il est vendu, échangé…

Quasiment parvenu au terme de sa vie, il décide de consigner, sur bandes magnétiques, les souvenirs de cette enfance tragique : le bain de sang, les fuites successives pour échapper à ceux qui l’ont «adopté» et cette errance de dix ans achevée à Alep où il retrouvera ceux de ses proches restés en vie. Paroles quasi indicibles, et pourtant paroles dites, en turc, langue qu’il connaît le mieux.

La force de ce récit réside bien sûr dans l’atrocité des événements que vécurent Manuel Kirkyacharian et les siens. Mais elle tient également à l’attitude si particulière adoptée par le narrateur.

Il raconte tout simplement sans jamais se mettre en avant, en se dissimulant presque derrière ces deux initiales, «M.K.». Il narre sans pathos et sans haine. Il a su pardonner et trouver des remèdes aux cauchemars qui le hanteront tout au long de sa vie.

Un récit en cela unique et captivant, empreint d’une véritable émotion. Un témoignage exceptionnel sur ce terrible massacre.

Baskin Oran est une figure de proue de la société civile en Turquie. Professeur en sciences politiques, intellectuel engagé, il écrit pour plusieurs titres de la presse turque. Il a également publié de nom­breux ouvrages et articles concernant les relations internationales, les nationalismes et les droits des minorités.

Description du produit

Extrait

La guerre éclate et l’Empire ottoman entre dans le conflit

La guerre de 14-18 a commencé.
Le gouvernement allemand et son empereur, le Kayzer [Kaiser], se sont alliés avec le gouvernement autrichien. Ils ont frappé la Belgique puis ont commencé à bombarder la France à l’aide de gros canons. Les Français ont été obligés de contre-attaquer et de se lancer dans cette guerre de baïonnettes. Et, on raconte que sur ce front, il y eut 33 000 morts français et 20 000 morts allemands.
Le Kaiser était, à ce qu’on dit, un homme sans coeur et sans pitié. Il avait prévu de gagner la guerre. Il a voulu s’allier à la Turquie pour frapper la Russie.
À cette époque, l’empereur turc était le sultan Reşad [Mehmed V]. En 1909, le sultan Hamid [Abdülhamid II] avait été renversé et exilé avant d’être remplacé par son frère, Resad. Les Allemands avaient un plan. Ils se sont alliés aux Turcs. Pour cela, ils ont dû convaincre les hommes politiques turcs : le ministre des Affaires étrangères, le ministre de l’Intérieur et le commandant en chef de l’armée.
Certains ont commencé à dire qu’il fallait entrer en guerre; d’autres, que la guerre n’était pas une bonne chose, qu’elle n’était pas nécessaire. Mais Enver Pacha était le commandant en chef des armées et le gendre du sultan. Talat Pacha était au ministère de l’Intérieur et le Docteur Niyazi Pacha aux Affaires étrangères. Ils ont voulu lancer le pays dans la guerre en faisant signer au sultan un plan préparé avec le Kaiser. Un décret a été rédigé qu’ils ont ensuite fait signer au sultan : «Nous, peuple turc, entrons en guerre.» Talat, Enver et Niyazi ont liquidé tous leurs opposants.

 

Biographie de l’auteur

Baskin Oran est une figure de proue de la société civile en Turquie. Professeur en sciences politiques, intellectuel engagé, il écrit pour plusieurs titres de la presse turque. Il a également publié de nombreux ouvrages et articles concernant les relations internationales, les nationalismes et les droits des minorités. Baskin Oran a dédié ce livre à son ami journaliste arménien, Hrant Dink, qui a été assassiné à Istanbul en 2007.
Advertisements

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s