Amin Zaoui: Je suis Kurde !

az.jpg

Souffles…

La fierté est kurde. Le courage aussi. J’ai toujours adoré la littérature kurde, la musique et la nature pittoresque. Quand j’ai lu il y a de cela quelques mois Foukahaou adhalam (Fekihs de l’obscurité) ou Hiyyaj el-iwaz (Furie des oies), deux romans de Salim Barakat, je me suis demandé : d’où puisent-ils ces écrivains kurdes leurs forces et leur magie des mots, leur courage inégalé ?

Aujourd’hui, avec ce qui se passe en terre des Kurdes et sur ses frontières arabes, j’ai parfaitement compris le génie de ce peuple forgé dans la tragédie historique. Cette belle littérature tire son secret de la femme et de l’amertume de sa tragédie historique.

Kobané, plutôt le combat dans cette ville extraordinaire, nous a bien expliqué, nous a bien indiqué l’origine de ce feu sacré qui alimente la littérature kurde. Le combat de Kobané est une leçon pour Arabes, pour Turcs et pour les Iraniens qui perpétuent dans leur mépris envers les Kurdes. Qui continuent dans l’exclusion d’un peuple avec tout ce qu’il a d’histoire et de géographie. En somme ils persistent dans leur colonisation du pays des Kurdes.

À travers les siècles, le peuple kurde a été triplement opprimé, par les Arabes de la Syrie et d’Irak, par les Turcs et par les Iraniens. Pour la première fois, en ces jours de Kobané la brave, les Arabes parlent sans complexe de supériorité, des Kurdes. Les Kurdes libérateurs ! Voici le peuple opprimé, femmes et hommes en train de protéger les Arabes despotiques et de libérer les terres arabes menacées par Daech. La femme kurde, sur la première ligne du front, avec courage et détermination, libère les Arabes et leur terre des mains de Daech. L’honneur kurde est une femme.

Aujourd’hui, au moment où les Arabes se cachent dans les villes, dans les zones vertes protégées par les Américains, les chiens, les avions sans pilote et les satellites, les femmes et les hommes kurdes font barrage à la peste de Daech et ses dérivés. Même privés, même interdits de construire un pays indépendant, un pays pour eux, propre à eux, les Kurdes n’ont pas reculé pour défendre la liberté menacée par Daech. Pour défendre les enfants et la terre des enfants et des ancêtres. Pour défendre leurs terres et celles de leurs despotiques. Dépossédées de leur langue, face à Daech, les femmes kurdes n’ont pas hésité à défendre les écoles, la matrice et la vie.

Et avec enchantement, je relis Foukahaou adhalam (Fekihs de l’obscurité) de Salim Barakat.

Suivant la libération de Kobané, sur les écrans, par les femmes kurdes, j’imagine la liberté avec un pantalon large. Et le plus beau poème ressemble à cette femme kurde armée, ornée, d’une kalachnikov.

Le défi est une femme kurde.

Dans une fatwa, Daech et ses pairs disent : « Un musulman tué par une femme, même dans une guerre sainte, n’accédera jamais au paradis ». Donc la femme kurde de Kobané les a tous envoyés en enfer ! Tous en enfer.

Et je relis Salim Barakat. Et je suis kurde.

Amin Zaoui

(Souffles in „Liberté“ Alger)

A propos du rédacteur

Rédacteur

Amin Zaoui est un écrivain algérien né le 25 novembre 1956 à Bab el Assa (Algérie). il écrit chaque jeudi deux articles un en arabe dans le quotidien arabophone echorouk et en français dans le quotidien francophone liberté

1984-1995 : enseignant à l’université d’Oran (département des langues étrangères)

1988 : Doctorat d’État en littératures maghrébines comparées

1991-1994 : directeur général du Palais des Arts et de la Culture d’Oran

2000-2002 : enseignant à l’université d’Oran (département de la traduction)

2002-2008 : directeur général de la Bibliothèque nationale d’Algérie

2009 : membre du conseil de direction du Fonds arabe pour la culture et les arts (AFAC)

Conférencier auprès de plusieurs universités : Tunis, Jordanie, France, Grande-Bretagne.

Publications en français

Les romans d’Amin Zaoui ont été traduits dans une douzaine de langues : anglais, espagnol, italien, tchèque, serbe, chinois, persan, turque, arabe, suédois, grec…

Sommeil du mimosa suivi de Sonate des loups (roman), éditions le Serpent à plumes, Paris, 1997

Fatwa pour Schéhérazade et autres récits de la censure ordinaire (essai collectif), éditions L’Art des livres, Jean-Pierre Huguet éditeur, 1997

La Soumission (roman), édition le Serpent à Plumes, Paris, 1998 ; 2e édition Marsa, Alger. Prix Fnac Attention talent + Prix des lycéens France

La Razzia (roman), éditions le Serpent à Plumes, Paris, 1999

Histoire de lecture (essai collectif), éditions Ministère de la Culture, Paris, 1999

L’Empire de la peur (essai), éditions Jean-Pierre Huguet, 2000

Haras de femmes (roman), éditions le Serpent à Plumes, 2001

Les Gens du parfum (roman), éditions le Serpent à Plumes, Paris, 2003

La Culture du sang (essai), éditions le Serpent à Plumes, Paris, 2003

Festin de mensonges (roman), éditions Fayard, Paris, 2007

La Chambre de la vierge impure (roman), éditions Fayard, Paris, 2009

Irruption d’une chair dormante (nouvelle), éditions El Beyt, Alger, 2009

En arabe

Le Hennissement du corps (roman), éditions Al Wathba, 1985

Introduction théorique à l’histoire de la culture et des intellectuels au Maghreb, éditions OPU, 1994

Le Frisson (roman), éditions Kounouz Adabiya, Beyrouth, 1999

L’Odeur de la femelle (roman), éditions Dar Kanaân, 2002

Se réveille la soie (roman), éditions Dar-El-Gharb, Alger, 2002

Le Retour de l’intelligentsia, éditions Naya Damas, Syrie, 2007

Le Huitième Ciel (roman), éditions Madbouli, Égypte, 2008

La Voie de Satan (roman), éditions Dar Arabiyya Lil Ouloume, Beyrouth ; éditions El Ikhtilaf, Alger, 2009

L’Intellectuel maghrébin : pouvoir – femme et l’autre, éditions Radjai, Alger, 2009

Quelle: http://www.lacauselitteraire.fr/je-suis-kurde

Advertisements

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s